LA PAGE DE MADAME

Saint Sorlin d'Arves, un livre sur la vie ancienne rurale.

Un livre sur la vie ancienne à Saint Sorlin d'Arves

LES ALPAGES AVANT L'OR BLANC

BOOK to Savoy


 Cet ouvrage est écrit dans un Français simple, facile à lire pour les personnes, non francophones, qui désirent perfectionner leur connaissance de cette langue ; Pour ceux qui étudient le Français cette ethnographie leur apportera un aperçu de la vie, et des moeurs rurales, d'autrefois, en haute montagne; 

 

Sommaire

Olga Novel

Olga Novel en 1950

Préface

Printemps

La sortie du bétail

La vie en Prabel (alpage)

L'été

Le lait des vaches

La tonte des moutons

Photos

 

Olga NOVEL épouse TERRIER

Olga NOVEL-TERRIER est née en 1942 à Saint-Sorlin-d'Arves, petit village de Maurienne dans la Vallée des Arves (En Savoie et en FRANCE). Elle y a connu tous les aspects de la vie rurale tels qu'ils rythmaient le temps depuis des siècles en haute montagne, avant que tourisme et consommation effrénée ne viennent, ici aussi, faire éclater structures et traditions ancestrales. C'était dans les années 1950-1960.

Elle nous parle d'AVANT et ressuscite au fil des pages la société paysanne de son enfance.

Ni traité d'économie, ni récit historique, cet ouvrage est un témoignage précieux sur la vie rurale d'antan, ses moeurs et coutumes, ses contraintes, ses joies, ses valeurs..si différentes

Agrémenté de nombreuses illustrations ce livre rafraîchissant et tonique sera apprécié de tous...

return Retour en haut de page

Olga NOVEL jung

Cette photographie d'Olga NOVEL, écolière, alors âgée de 8 ans, effectuée en 1950 montre: 
Les sabots de bois; 
La blouse d'écolière 
La coiffure avec le "kiki" sur la tête 
Les bas tricôtés à la main. Avec une laine filée à la main, à l'aide du rouet familial. 
Toutes les petites filles de SAINT SORLIN D'ARVES (Savoie) devaient être ainsi. 
C'était un autre temps. 
Beaucoup retrouveront en cette image le souvenir de leur vie campagnarde d'antan. 
Etait ce mieux ou pire?...La question est difficile car aucune comparaison ne peut être discutée sans intégrer préalablement tant de paramètres (matériels et sociologiques) que l'inventaire de ces paramètres est déjà en soi une difficulté. 

  returnRetour en haut de page

Extraits de textes du livre :

Le thème de ce livre:

 
La vie rurale ancienne en haute montagne

PREFACE

Nous vivons une époque où tout va très vite, où tout change, et pourtant... jamais les jeunes ne se sont autant intéressés au passé. Peut-être, précisément, parce que la mutation frénétique de notre société les incite à définir, ou à préciser, certains points de repères pris dans la vie d'autrefois. Lorsque l'on navigue, pour savoir où l'on va, il est indispensable de savoir d'où l'on vient ! Eh-oui ! Tous les capitaines de navires et les montagnards le savent. Je pense plus spécialement à tous ceux, jeunes ou moins jeunes, qui sont nés dans les villes, sans connaître la vie des campagnes ou des montagnes, alors que leurs ancêtres, avant l'exode rural des années 1900-1950, furent généralement paysans durant des siècles.  Je pense à d'autres, bien moins jeunes.., retraités ou presque ? qui voudraient retrouver quelques souvenirs de leur enfance, vécue au terroir.    Je pense aussi à ces Savoyards, d'origine ou d'adoption, qui désireraient mieux "sentir" leur rattachement à cette terre.  Dans ce livre, j'apporte un témoignage de la vie rurale, telle que je l'ai connue, telle qu'elle était durant la première moitié du XXème siècle, dans un village de Savoie, en Maurienne, dans une vallée située loin des axes de progrès.    SAINT SORLIN D'ARVES, sis dans la vallée des Arves, relié à St Jean de Maurienne par une route qui fut toujours réputée difficile, surtout en hiver, ne bénéficia pas d'un développement économique et touristique rapide. La vie rurale "à l'ancienne" se prolongea telle quelle jusque dans les années 1950-1960.  Et puis, comme partout, vint la société de CONsommation. Je vous parlerai d'avant: comment était-ce avant ? Comment était la vie quotidienne, elle que vivait le paysan au rythme des saisons, au rythme de ses années, de ses bonnes et de ses mauvaises années ?    Cet ouvrage ne traitera donc, ni d'économie, ni de l'histoire de la vallée des Arves, ni des mutations rurales mais tout simplement du vécu quotidien tel que je le connus .

---------------------------Fin de la préface-----------------------

returnRetour en haut de page

Extraits de textes (suite)

  -----------------------------------------

CHAP. I: LE PRINTEMPS 

-----------------------------------------

Pour le paysan montagnard le printemps ne correspond nullement à une date du calendrier. Il  se manifeste par des phénomènes réels et météorologiques. 

Il se situe généralement au mois de Mai, c'est à ce moment que tout recommence, que la vie prend un autre rythme, plus soutenu. Il convient de préparer les labours......  

Alors apparaît un animal qui demeurait jusqu'à ce jour en écurie: le mulet. Examinons son identité et son curriculum vitae: 

  --------LE MULET--------  

  MULET né le .......à......... 

père:.... l'âne.... 

mère:.... la jument..... 

sexe masculin (mulet) ou féminin (mule). 

progéniture: aucune, il est stérile congénitalement. 

  Cet équidé résulte du croisement de la jument avec l'âne. Par sa taille et par son aspect il est bien l'héritier de ses parents d'origine. Disons, pour ceux qui n'en ont jamais vu, qu'il ressemble à un cheval dont les oreilles seraient longues.  Sa taille, quoique inférieure à celle de sa mère, est bien plus impressionnante que celle d'un âne ou d'un poney. Il est bien équilibré, d'un caractère assez doux infiniment moins têtu qu'un âne !...).  

Sa qualité primordiale, qu'il porte jusque dans son aspect physique, est l'équilibre. Le mulet a le pied montagnard, tout comme son père (l'âne) il ignore le vertige, il sait poser correctement son sabot là où il faut, il trébuche rarement, même dans des pentes ou sur des terrains très accidentés. Dans les montagnes il sera aussi fort qu'un cheval et d'une endurance très honorable.  

returnRetour en haut de page

LA SORTIE DU BETAIL  

  Nous avons relaté précédemment la sortie du mulet et son travail, dès l'apparition des premiers beaux jours.  

Mais l'étable est encore pleine d'animaux qui attendent leur tour de sortie, les réserves de foin accumulées dans les granges sont presque épuisées et pendant ce temps, l'herbe nouvelle croit.  

Alors le paysan commence à faire sortir les moutons et les chèvres. Ceux-ci iront paître sur les "communaux". Les communaux sont des pâturages n'appartenant pas à l'exploitant mais à la commune. 

Leurs surfaces ne font pas l'objet d'un entretien, mais les sentiers qui les desservent sont régulièrement remis en état par les ressortissants de la commune qui utilisent ces pâtures. 

L'organisation de ces travaux de réfection et nettoyage est effectuée à l'initiative concertée des intéressés. la périodicité de ces tâches (corvées) varie selon les lieux, leur fréquentation et les dégâts causés par les intempéries. 

Les moutons et les chèvres paissent sous la surveillance habituelle des enfants. Ceux-ci doivent veiller à ce que leurs bêtes broutent progressivement les surfaces, sans dégrader ou manger l'herbe des propriétés privées contiguës. La non observation de cette dernière règle, constitutive de faute grave, serait pour le jeune berger l'occasion d'encourir les foudres de ses parents, vexés par la plainte d'un voisin. A la campagne on ne badine jamais avec les questions de limites et de propriété privée et tout être humain, quel que soit son âge, sait où il peut et doit conduire ses troupeaux. Les garçons et filles ont une connaissance précise de ces choses dès l'âge de 6 ou 7 ans. 

Après le travail, cité précédemment, nous entrevoyons un deuxième élément constitutif de cette civilisation rurale: la propriété et ses limites. Le paysan connaît le droit foncier et ses subtilités: les termes propriété privée, propriété communale, domaine public, servitude, bornage, etc, etc, font partie de son vocabulaire ordinaire. Dès son plus jeune âge il connaît les parcelles de la famille et bien d'autres, il connaît également toutes les servitudes qui grèvent son domaine ainsi que les bornes qui le .....................................

returnRetour en haut de page

  LA VIE EN PRABEL  

  Comme je vous l'avais expliqué précédemment, PRABEL est le lieu-dit où ma famille dispose de prés d'alpage de première altitude ou premier alpage. Je suis certaine que vous avez bien assimilé ces notions relatives aux trois niveaux de transhumance et maintenant décrivons comment nous vivions en PRABEL.  

Prabel est situé à trois quarts d'heure de marche du village. La garde des troupeaux était toujours confiée aux enfants et adolescents en raison de l'occupation intensive des adultes au village.  

Bien que le chalet d'alpage soit complètement équipé pour un séjour continu, nous ne dormions jamais à Prabel: En effet la distance qui sépare ces hauts pâturages de nôtre maison était suffisamment courte pour que les jeunes bergers rejoignent chaque soir le domicile familial. 

Les quelques familles qui transhumaient sur le lieudit Prabel avaient un mode de vie identique. Je pense, que pour donner à l'exposé un vécu plus concret il convient que je vous raconte comment je passais une journée de bergère: 

Nous sommes déjà en 1954, mais je sais que depuis quelques décennies rien n'a changé dans la façon d'ordonner sa journée. Chaque matin vers 6 heures, je me levais, je prenais mon petit déjeuner avec mes parents et je partais rejoindre Prabel.  Lorsque j'arrivais, vers 7 heures, je rentrais dans l'étable et j'effectuais la traite des trois ou quatre chèvres. Ensuite, je les détachais ( très exactement je les déchaînais ) ainsi que les génisses et les veaux, pour les faire sortir.  

Je libérais les moutons qui couchaient dans un petit cabanon attenant à la maison. 

Je me dois de vous préciser qu'en cette période printanière, les moutons couchent encore sous abri, alors que l'été ils passent la nuit à la belle étoile. La raison de cette différence de mode de vie a pour cause l'état de leur toison de laine: en effet cette dernière est assez courte au printemps car ces honorables bêtes furent tondues à l'automne avant qu'elles ne prissent leurs quartiers d'hiver.  

Mon troupeau était composé d'une quarantaine de ruminants. Avec l'habitude, le berger ..................................................................

return

  CHAPITRE II: L'ÉTÉ 

   DEUXIÈME ALPAGE: LES SAGNIERES:  

Un mois est passé, nous sommes généralement vers la fin JUIN. L'été, à la différence du Printemps, n'est pas une saison marquée par un changement rapide, mais un passage progressif vers un climat plus chaud.

Certaines personnes, de chaque famille exploitante, vont entreprendre la grande transhumance, la vraie, celle qui transformera pour quelque trois mois ces paysannes ou paysans sédentaires en semi-nomades. Ce sera "l'enmontagnage": terme patois dont la traduction est inutile tant il est significatif.

Depuis plusieurs jours, chaque famille s'agite et se tourmente dans les préparatifs: linge, habits, nourriture humaine, nourriture animale, gros sel pour les ruminants, outillage, écrémeuse...

Toutes ces "choses" sont rangées dans des sacs en toile blanche qui seront placés, à leur tour, dans de grands sacs en toile de jute.

Le jour du départ, à huit heures, le mulet est bâté puis chargé, la plus ancienne vache est dotée d'une cloche que l'on nomme en patois "s`naille", du vieux français -sonnaille- (cloche).

Tout ce troupeau s'ébranle en direction du premier alpage, qui est situé sur le trajet.

Un enfant ou adolescent marche en tête, juste devant les bêtes, pour

returnRetour en haut de page

   ET LE LAIT..... 

   Le lait ...matière noble...source de vie...est un produit que l'agriculteur, que l'on devrait plus justement appeler éleveur, travaille quotidiennement. 

Je dois vous décrire les opérations relatives au lait et à ses dérivés car elles peuvent différer de celles qui se pratiquent en plaine ou dans d'autres régions. 

   J'ai connu deux périodes: avant et après l'arrivée de l'écrèmeuse mécanique. 

   --AVANT. Le lait de la traite était placé dans de    grands chaudrons en cuivre et remisé dans la cave, utilisée, au sens propre, en chambre froide.    Le lait, après la traite, était immédiatement placé dans la cave où il devait reposer durant une douzaine d'heures au moins. Durant ce temps la crème remontait à la surface. 

   L'écrémage, que je nommerai plus volontiers ramassage de la crème, était pratiqué en rasant la surface liquide avec une louche plate en bois, appelée en patois "pôche". En vieux Français, tout comme en dialecte savoyard, "pochon" désigne une louche. 

   Pour écrémer correctement il faut avoir acquis le tour de main, qui consiste à prendre la crème et seulement la crème, sans la mélanger au lait. Les deux produits diffèrent par leur couleur, leur viscosité et densité. 

   Cette crème était stockée dans un pot en terre........................

returnRetour en haut de page

 LA TONTE DES MOUTONS, LA LAINE.

  Nous sommes au coeur d'un automne, maintenant très avancé, les jours sont courts, les enfants depuis deux mois fréquentent l'école, le cochon est splendide, presque trop gras (devinez son avenir proche ?), les moutons sont "vêtus" d'une épaisse toison laineuse. 

Ce serait gaspillage que de laisser ces ovins s'installer à l'étable, tels quels: ils souilleraient leur belle laine. Or cette dernière est une matière noble dont la gent montagnarde a grand besoin: elle seule permettait, en ces temps, d'obtenir facilement un produit textile de haute qualité, apte à nous aider dans notre lutte contre les rigueurs climatiques. 

    Nous plaçons une grande toile carrée (chanvre) sur le sol. Sur cette dernière, nous posons sur le flanc un mouton dont nous avons préalablement attaché les pattes (pauvre bête! Rassurez-vous elle ne souffrira pas). A l'aide d'une tondeuse à main, grand modèle, et de ciseaux, nous débarrassons l'animal de son manteau laineux. La tonte de chaque bête dure environ une vingtaine de minutes, elle permet de tricoter environ deux pull-over.  

  La laine recueillie est lavée soigneusement à l'eau tiède et au savon de Marseille, puis elle est mise à sécher à plat, sur de grandes pièces de tissus qui sont placées sur le plus haut balcon de la maison. 

  Lorsqu'elle sera sèche, elle sera stockée dans des sacs en toile qui seront accrochés dans la grange, en .....................


Quelques photos du livre

 

mule

 

Voici une photo ancienne d'un mulet

(Vers 1950)

 

 

Le traitement du lait:

baratte à piston avec son piston, "seillon", coupe en bois,

contre la "seille" de droite à l'arrière est pendue une caillette de veau, destinée à fabriquer la présure.

 

 

vue rapprochée d'une caillette de veau, la clef donne l'échelle de grandeur.

 

 

Feu Albert NOVEL, père d'Olga NOVEL-TERRIER, donne le biberon à deux agneaux.

 

 

Une étape de la fabrication des sabots: évidage à l'aide d'une gouge.

returnRetour en haut de page

Et Longecombe le plus haut des alpages :

Dans son livre Olga Novel Terrier raconte la vie dans le plus haut des alpages, celui de Longecombe. Les chalets d'alpage, maintenant en ruine, sont situés à plus de 2100 mètres d'altitude. Ces paturages ne sont utilisés que pendant la période la plus chaude de l'été : Juillet-Août.

Ci-dessous carte et vues de Longecombe.

Je vous recommande la randonnée à pied (ou en 4x4) jusqu'au col de Bellard.

Et tant d'autres descriptions de cette vie rurale anciennes...


Pour se procurer ce livre

Cet ouvrage a été édité 2 fois. Il est épuisé.

L'auteur dispose encore de quelques exemplaires.

Vous pouvez le contacter par email.

MAIL


 returnRetour en haut de page


FIN----END  MAJ 13 Mars 2011