m.a.j : Lundi 13 Octobre 2008.

Alpes - Combe de Savoie - Sillon Alpin

Situons-nous !

Sommaire:

Alpes grandioses

Vues depuis un avion de ligne :

Ci-dessous Antoine Bartolo, depuis un avion de ligne qui volait (de Grèce vers Lyon) a pris ces photos remarquables, à travers son hublot :

Sur l'un nous voyons le chaos des Alpes : aiguilles d'Arves (territoires des communes de Saint Jean d'Arves et Saint Sorlin d'Arves) et derrière le massif des Ecrins (4000m).

Sur l'autre nous voyons notre village d'ARBIN et les Bauges.

Et ces deux photos illustrent bien la complication gigantesque des Alpes.

Bravo Antoine !!!!


 

Et tentons de comprendre !

 Repérez d'abord Arbin caractérisé par une étoile mauve-violette "star01_purple.gif" entre les Bauges et les Belledonnes. Le long trait bleu c'est l'Isère qui coule au fond de la vallée (Combe de Savoie).

 

J'ai refait le schéma (très condensé) de nos Alpes. C'est mon seul mérite.

zône verte : Ce sont les préalpes calcaires, ancien fond d'un océan nommé Théthys, elles ont été relevées par le plissement des grandes Alpes (rouge) elles sont coupées par des cluses: cluse de Chambéry en ce qui nous concerne.

 

Zône blanche : Entre la zône verte et la zône rouge, c'est le sillon alpin, immense vallée, qui comprend le Grésivaudan et la Combe de Savoie dans laquelle nous sommes.

 

Zône rouge : Ce sont les grandes alpes cristallines, le plissement alpin, celui qui est surgi du tréfond de notre terre. Il continue à s'élever mais c'est si lent que ce n'est pas à notre échelle, par exemple 15 centimètres par siècle. Quelquefois la terre tremble signe d'activité. Au bout c'est le Mont Blanc.

 

Zône noire : Maurienne, Tarentaise, ce sont de vieux sédiments, souvent schisteux, qui ont été relevés par le plissement des grandes Alpes.

Ce schéma est tiré d'un manuel de géographie que j'utilisais au lycée Vaugelas en classe de première en 1958-59. Copyright.


Le mot "sillon alpin a 2 sens :

  1. Un sens géologique celui que nous allons utiliser.
  2. Un sens politique : un ensemble de vallées allant de Genève à Grenoble liées par des communications et des accords pour faciliter leur développement.

Sillon alpin géologique

Le sillon alpin est un ensemble de vallées et dépressions au centre des Alpes françaises orientées Sud-Sud-Ouest - Nord-Nord-Est. En général, on inclut le cours inférieur du Drac, le Grésivaudan supérieur, la Combe de Savoie , parfois la vallée de Chamonix. Géologiquement, on pourrait également y inclure le cours supérieur du Rhône en Suisse (Valais). Le sillon alpin s'étend donc sur les départements de l'Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie.

Les Alpes en se plissant repoussent les anciens sédiments calcaires ou schisteux en les soulevant et en les déformant.

Car avant la naissance du pli des Alpes, ici en Savoie, comme dans tout Rhône-Alpes, c'était le fond d'un océan nommé Thétys. Au fond de cet océan se déposaient les vases et les résidus des coquillages ainsi que les squelettes de poissons et reptiles.

1) Avant les Alpes, au crétacé :

La carte terrestre ressemblait à ceci (source : http://scotese.com/earth.htm) :

détail

La France et l'Italie ne sont qu'un fond marin de l'océan Théthys.

(source : http://scotese.com/earth.htm)

 Les résidus des coquillages et d'argile en se comprimant ont formé le calcaire. Les vases en se comprimant ont formé les marnes et les schistes.

(au crétacé = il y a 145 millions d'années)

Ici en Rhône-Alpes

c'était l'océan

nommé "Théthys"

C'était, il y a de 145 à 65 millions d'années, au crétacé (crétacé vient du latin creta = craie). En ces temps il y avait des dinosaures et autres "bestioles" curieuses. Il y avait quelques mamifères rares et insignifiants. Donc, il n'y avait pas d'hommes, l'homme n'existe que depuis 1 million d'années approximativement. Pour mémoire l'âge de la terre est évalué à 4 ou 5 milliards d'années.

Note : Ces reptiles géants (dinosaures et autres) ont tous disparu mystérieusement à la fin du crétacé donc il y a 65 millions d'années. Nombreuses théories à ce sujet. C'était avant les Alpes.


 Et puis les Alpes apparurent !

Tout doucement les Alpes s'élevèrent !

Cela commença il y 65 millions d'année.

Et cela continue.

Nos vie humaines ne sont que l'équivalent d'un éclair comparé à un siècle, par rapport à ces phénomènes géologiques qui durent des centaines de millions d'années.

 

Contrairement aux dictons :

Ici les montagnes se rencontrent et elles n'accouchent pas

d'une souris !

 

 Le plissement alpin commence dès la fin du crétacé il y a 65 millions d'années. Il se poursuit encore de nos jours. Quelques séismes nous le rappellent de temps en temps. En certains endroits les Alpes continuent de "monter" de quelques millimètres par an.

Les Alpes sont maintenant formées et l'océan Thétys régresse

(source : http://scotese.com/earth.htm)

 

Voyez ci-dessous le système du plissement :

Ces sédiments calcaires repoussés et relevés par les Alpes forment les préalpes, dont la Chartreuse et les Bauges.

Les sédiments schisteux et marneux ont été repoussés et relevés aussi.

Et nous retrouvons notre image de début :

Plus tard les glaciers ont accentué le relief abrupt des vallées en leur donnant une forme en Uau lieu d'une forme en V.

Très récemment quand les glaciers se sont retirés, il y a 10 à 15 milles ans, l'homme s'est installé dans ces vallées.

Vu de très haut cela donne cette image ci-dessous :

Et voila ! nous y sommes  (en 2006) !

Ces phénomènes géologiques de plissements ne sont pas à notre échelle. Ce sont des processus très lents, palpables sur des tranches de mille ans au moins.

Alors ? Mais est ce que ça bouge encore ?

Mais oui ! (A mon humble avis). Au fait ! Pourquoi ce mouvement qui dure (durait) depuis des millions d'années se serait arrêté ?

Et si cela ne bougeait pas il n'y aurait pas de séismes ! (tremblements de terre).

Exemple : En Belledonne le mouvement vertical serait de 1,5 mm par an.

Selon le site http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=162816

          Les principaux mouvements verticaux actuels mis en évidence par les comparaisons de nivellements sont la surrection des massifs de la Chartreuse (1,5 mm/an) et du Vercors (1 mm/an), et celle du massif cristallin de Belledonne (1 à 1,5 mm/an) par rapport à l'avant-pays. Les mouvements instantanés les plus importants sont situés dans le Devoluy et au SE de Belledone (0,8 à 1,9 mm/an par rapport à l'avant-pays). Des mouvements localisés (<0,7 mm/an) sont également mis en évidence, l'accident le plus actif reconnu à ce jour dans les Alpes se situant le long de l'Eau d'Olle (2,5 mm/an). Ces mouvements instantanés actuels peuvent résulter de la combinaison des effets de la tectonique et du délestage glaciaire. Source / Source Travaux Universitaires 1994, [Note(s) : , 266] (221 ref.) Travaux universitaires (Année de soutenance : 1994) (No :  94 CHAM S015)

Un document PDF suisse à télécharger : Les Alpes en mouvement  A l’Université de Neuchâtel, trois géologues apportent des indices troublants sur l’existence d’un mouvement d’extension dans la haute chaîne alpine. Serait-ce un signe de tassement? (Le lien étant rompu tentez par vous même de retrouver ce document avec les moteurs de recherche)

sismicité :

Quand des plaques de terrain glissent les une contre les autres elles peuvent quelquefois glisser brutalement.

Cela produit un séisme (un tremblement de terre).

Un auteur Clotaire MICHEL a écrit un article intitulé Les séismes : Quel risque pour les Alpes ?

Je cite un extrait :

      Le séisme d’Annecy (Epagny) a été particulièrement étudié car c’est le plus gros séisme situé dans la zone de couverture du réseau de surveillance des Alpes SISMALP mis en service en 1989 et basé à l’Observatoire de Grenoble. Ce séisme est le résultat du coulissage senestre de la faille de la Vuache (sur 5 km de long soit 10 km") qui se déplace en moyenne de 0,5 à 1 mm par an (soit 100 fois moins que la faille de San Andreas en Californie). Cette faille est particulièrement surveillée car elle présente un trou de sismicité entre la montagne de Mandallaz et la montagne du Vuache. Une autre faille particulièrement surveillée est la faille de Belledonne orientée N35° sur laquelle a eu lieu le séisme de Laffrey (4.1, VI) en 1999. Un scénario probable sur lequel les estimations de risque sont calculées pour Grenoble serait un séisme de magnitude 5.5 sur la faille de Belledonne à 15 km de Grenoble (Lancey). L’objectif est de déterminer dans ce cas quels seraient les dommages dans la ville. Cela doit prendre en compte les effets de résonance du bassin de Grenoble constitué de 500 m de sédiments glaciaire quaternaires qui piègent les ondes et les amplifient, comme dans la plupart des vallée alpines. Autour de Grenoble, on connaît 5 séismes qui ont fait des dégâts : le séisme de Bugey-Chautagne en 1822 (Bresse, VII-VIII), celui de Saint-Clément en 1935 (Embrunais : VII-VIII), celui de Saint Paul en 1959 (Haute-Ubaye : VII-VIII), celui de Corrençon en 1962 (VIII, 5.3) et celui d'Epagny-Annecy.

Et cela changera encore !

Dans 50 millions d'année la carte terrestre pourrait être ceci :

(Vous notez que la plaque Afrique qui pousse contre la plaque Eurasie a fait disparaître la Méditerranée. A la place de la Méditerranée il y a une chaîne de montagnes.). (Vous notez aussi que l'Amérique s'est éloignée de l'Europe).

(source : http://scotese.com/earth.htm Hélas ce lien n'est plus valide)


Cet article n'a pour but que la vulgarisation. La reproduction en est interdite. Tous les droits d'auteur sont réservés.

Mes sources :

Pierre SERRYN (ed. Bordas) Guide pratique : La géographie au baccalauréat.

Histoire de la terre : scotese_com/earth; (lien disparu)

Geol-Alp http://www.geol-alp.com/

Sysmalp http://sismalp.obs.ujf-grenoble.fr/ lien brisé

catinist   http://cat.inist.fr/

Les Alpes en mouvement snf.ch/downloads/hor/63_22_23_24_f.pdf (lien rompu)

Images de synthèse modifiées source: ljbf.homelinux.net/php/kdpics/ (lien rompu)

Université de Berkeley (USA) (lien rompu à rechercher)

Pour en savoir plus :

Etendons le sujet...

Si vous aimez jongler avec les millions d'années et mieux connaître l'histoire de notre terre.

L'université de Berkeley a développé des schémas remarquables.

Exemple : (e.g.)

http://www.ucmp.berkeley.edu/help/timeform.html

Welcome to the UCMP Web Lift for Geologic Time!

Welcome to the UCMP Web Lift for Geologic Time!

(mya = million years ago)

 


L'échelle du temps géologique:

Et nous! Et nous ! Et nous ?

Nous venons de jongler avec des durées qui nous sont parfaitement abstraites. Des millions d'années.

Notre temps à nous c'est celui que nous vivons dans notre esprit et sa durée est extrêmement variable, tant en réalité que dans nos têtes. Une vie humaine, brève, riche d'événements positifs peut être plus longue, plus brillante, qu'une interminable vie humaine morne et triste. On parle encore de Champollion, mort à 42 ans (1790-1832) et de Mozart mort à 35 ans (1756-17772) Pourtant ils sont décédés il y a bien longtemps

Je m'explique :

Notre temps ordinaire est un temps qui se fonde sur ce que nous ressentons. Nous pouvons imaginer ce que nous serons dans dix ans, vingt ans, etc. Mais ce temps est toujours fondé sur des unités qui nous sont palpables et ces unités nous furent d'abord fournies par le système solaire :

Je puis raisonnablement penser que dans vingt ans je serai mort, ou presque, puisque je suis du 3ème âge. En outre notre psychisme accélère ou ralentit ce temps. Par exemple si j'imagine ce que ferai dimanche prochain il me suffit de quelques secondes pour concevoir ma journée future. Je viens de me représenter 12 heures en 3 secondes, par le seul fait de ma pensée. Autre exemple : j'attends l'arrivée d'un événement ou une nouvelle, j'attends qu'une fracture guérisse, j'attends qu'une douleur cesse, le temps d'attente paraît interminable. L'actrice Arletty dans le film Hôtel du Nord dit « il y a des moments qui durent longtemps » !

Pourtant le temps est objectivement une durée qui passe de façon immuable.

Hormis notre temps biologique et psychologique, il existe bien d'autres échelles de temps comme le temps géologique dont nous venons d'entrevoir des fractions.

Qu'est ce qu'une vie humaine par rapport aux mouvements géologiques qui durent des millions d'années ? Rien. Ce temps profond nous est abstrait car il s'exprime en des quantités que nous ne pouvons mesurer avec nos sens biologiques. Nous pouvons imaginer un peu, mais c'est difficile. La terre constamment en évolution prend son temps à elle pour tordre des montagnes, pour les raser (érosion) vider ou remplir des océans, creuser des vallées. Même les siècles qui font partie du temps de l'histoire (c'est le temps historique) ne sont rien à côté du temps géologique. Même les millénaires ne sont rien comparés au temps géologique.

Quand les journaux, revues ou la télévision nous abreuvent sur le réchauffement de la planète depuis 50 ans, sur la pollution depuis un siècle. C'est important pour l'homme et quelques générations à venir, mais à l'échelle l'histoire terrestre c'est insignifiant. Le temps géologique a encaissé d'autres variations immenses de climats et de paysages pendant 4 milliards d'années.

L'homme, animal pensant, n'a que 500.000 ans (approximatif) c'est insignifiant pour durée de la planète terre. Et si l'être humain doit disparaître ce sera tout aussi insignifiant à l'échelle géologique terrestre. Bien d'autres espèces ont disparu et la terre tournera quand même. D'autres espèces intelligentes pourront apparaître car tout change et tout évolue sur des millions d'années. Je suis "darwiniste" et je ne vois pas pourquoi l'homme serait irremplacable es-qualité d'animal pensant, simple question de temps géologique. Pour les créationistes (je ne le suis pas) qu'est ce qui empêcherait Dieu de fabriquer une autre créature pensante plus performante pour remplacer l'espèce humaine si elle s'est détruite ? Au fait ! l'homme est-il une réussite ? (Question exclusivement dédiée aux créationistes).

Nous disposons, quand même) d'une unité biologique, de temps, à laquelle nous pensons jamais : la croissance de nos ongles et de nos cheveux (quelque centimètres/an) ce n'est pas encore ce temps profond des géologues (quelques millimètres/an) mais cela s'en rapproche. Nous ne voyons pas pousser nos ongles et nos cheveux, mais, de "temps en temps", nous devons les couper et nous n'avons rien vu croître, pourtant nous savons qu'ils sont en mouvement. Et cela ne nous est pas abstrait. C.Q.F.D !

Le temps astronomique est pire. Des galaxies s'éloignent les une des autres à 15 milliards d'années lumière. Cela veut dire que leur lumière a mis 15 milliards d'années à 300.000 Km/seconde (par seconde pas par heure ! Donc 1.080.000.000 [plus du milliard] de Km/heure !) Pour nous parvenir. Le temps et l'espace se confondent à ce niveau. Et au delà ? Personne ne sait...

Nous sommes donc "bien peu de chose" face à ces grandeurs de la chronologie géologique.

Voir cnrs.fr/Publications/CAESMagazine/CAESMag-74/Zoom.pdf (lien rompu)


Vos observations, suggestions,etc. sont les Bienvenues.

Courrier cliquer l'enveloppe :  


 

Retour haut de page

retour page Arbin

retour page d'accueil générale du site

FIN