ARBIN

Histoire vraie.

Marcianus VALERUS,

jeune arbinois, mort à l’âge de 20 ans.

Les Nouvelles d'Arbin.

IIème siècle (vers l'an 150)

Une jeune homme habitant ARBIN décède à l'âge de 20 ans.

ARBIN: la plus ancienne pierre écrite visible.

 

Les 2 pierres écrites les plus anciennes relatives à ARBIN sont :

 

  1. La pierre tombale de Marcianus VALERUS.
  2. La Pierre de Pompeius ALBINUS (qui n'est pas à Arbin).

 

En cet article décrivons le monument tumulaire de Marcianus VALERUS.  

Arbin IIème siècle

 

Nous sommes vers l’an 160, au 2ème siècle, il y a 1900 ans, ARBIN, qui ne s’appelle pas encore “ARBIN” est un village situé au bord de la grande voie romaine qui conduit de Vienne (à côté de LYON) capitale de l’ALLOBROGIE à ROME (capitale de l’empire romain).

 

L’importance de cette route est équivalente à celle cumulée de notre moderne autoroute et de la route nationale.

 

Ici à ARBIN vivent 2 populations qui se sont mélangées.

Des Allobroges: Ce sont des Celtes, assez semblables au Gaulois de la Gaule, ils constituent environ 90% de la population, parlent un dialecte celtique et doivent déjà connaître (plus ou moins bien) le latin qui est la langue de la puissance occupante 200 ans.

Des Romains: environ 10% de la population, ils parlent latin (le vrai). Ils se sont installés pour des raisons administratives ou encore parce qu’ils trouvent ce village charmant.

 

Pour être plus précis nous sommes en présence de gallo-romains.

 

Les habitants cultivent la vigne et les céréales, chassent le sanglier, ont des animaux domestiques: cochons, poules, vaches. Il y a aussi des chiens et des chats.

Il y a des moulins à ARBIN pour moudre le grain produit dans la vallée.

Ceci est attesté par des mosaïques, et des objets découverts dans la villa romaine à Mérande.

 

Arbin est donc un lieu agréable, recherché par la noblesse romaine, où la culture de la vigne est en honneur, puisqu'elle est rappelée par une mosaïque en pavement de la villa de Mérande.

Tous les chemins sont  bien entretenus, non seulement la voie Consulaire qui traverse le vignoble actuel, mais aussi le simple chemin montant à La Thuile. Si bien que le pont qui lui permet de traverser le nant Bochet près des Fontaniaux, à quelque cent mètres au-dessus du grand pont Berner, s'appelle toujours "  le pont romain " .

 

Quant au "pont Berner"  qui desservait la voie consulaire entretenue par l'Etat, son nom qui rappelle un personnage du IXe siècle atteste qu'il dut être reconstruit à cette époque. ISon existence peut être postérieure à la période où nous nous situons.

 

Les familles romaines sont au nombre approximatif de 6. Il y a notamment les ALBINUS, Les SEXTINUS, les MARCELLUS.

 

Pompeius ALBINUS est un haut fonctionnaire romain, exerçant la profession de sous-gouverneur de la LUSITANIE (le Portugal). Il a fait édifier sa résidence secondaire à Mérande (quartier d’ARBIN). Cette villa comprend 70 pièces. Les famille romaines sont très grandes et comprennent tous les parents possibles, ce sont plutôt des tribus.

 

Pompeius ALBINUS possède toutes les vignes du flanc de montagne depuis ARBIN jusqu’à Saint Pierre d’ALBIGNY.

Le vin produit s’appelle la “BITURICA ALLOBROGICA” c’est à dire la boisson des Allobroges. Il est exporté à ROME et les Romains l’apprécient. Il coûte à ROME 30 sesterces l’outre de 36 litres. (Selon un érudit et écrivain romain à la mode à cette époque: Pline l’Ancien). Ce vin est l’ancêtre de la MONDEUSE : Pline l’ancien décrit ce vin avec précision et les caractéristiques sont celles de la MONDEUSE.

 

Le mot ALBINUS se transformera avec le temps en ARBINUS, ARBINO, ARBIN.

Tout comme le nom de Saint Pierre d’ALBIGNY qui dérive probablement d’ALBINUS.

 

Un événement de la vie locale à cette époque.

Le jeune Marcianus Valerus, âgé de 20 ans décède (on ne sait pas la cause).

Son père Marcellus VALERUS fait construire une tombe en invoquant les dieux de sa religion.

 

La pierre de cette tombe est aujourd’hui insérée dans le clocher de l’église:

 

Voici les photographies :

   

Explications :

 

D. M.

M. VALER

MARCIANII

DEFUNCT

ANNOR XX

M. VALLÉRVS

MARCELLIVS

PATER;

Traduction:

Aux dieux mânes

de Marcus Valérius Marcianus, mort à l'âge de vingt ans. Marcus Valérus Marcellius son père.


La religion des VALERUS n’était pas le Christianisme. C’était la religion romaine.

Voici la signification de l’inscription DM. (La religion romaine était très compliquée).

 

DM

 

MANES: Ombres des morts - Les anciens paraissent avoir attaché à ce mot une idée vague et mal définie.
On croyait déjà à la dissolution des corps , les âmes des hommes étaient changées en esprits, qui continuaient à exercer une influence sur leurs descendants. Les uns devenaient des génies bienfaisants appelés "LARES", les autres des esprits malfaisants nommés "LARVAE".
Mais comme les survivants ne pouvaient savoir lequel de ces deux sorts avaient été assigné aux âmes de leurs parents morts, ils faisaient usage de l'expression "MANES" comme d'un mot indéterminé.
Cependant, la répugnance superstitieuse des anciens pour tout ce qui sonnait mal, pour tout ce qui était de mauvais présage, les conduisait généralement à attacher à ce mot une idée favorable.
En conséquence, dans le plus grand nombre de cas, il est employé pour désigner les génies bienfaisants, qui sont supposés résider sous terre, dans l'empire des morts, et auxquels il est permis de revenir trois fois par an sur terre, visiter leur postérité, avec les traits et le costume qu'ils portaient pendant la vie.
Le mot "MANES" est employé pour désigner l'esprit d'un individu; on s'en sert aussi pour désigner les régions souterraines où habitaient les "MANES".
C'est à cause de cela, que dans les inscriptions funéraires, ils portent presque toujours le titre de "DII MANES" soit "aux dieux MANES". L'abréviation courante sur les pierres tombales étant DM.

 

 


 

Au bas de la pierre une inscription a été effacée volontairement.  Je suppose qu’il s’agissait d’un texte religieux qui fut ôté pour ne point offenser la religion chrétienne. Si DM n’a point été effacé c’est peut-être parce qu’il n’était pas explicite quant à sa signification.

 

 


Pour en savoir plus:

 Pour ceux qui voudraient approfondir voici mes sources:

L'évolution historique en Savoie, Depuis l'âge des meillans et des cités lacustre, Imprimerie ALLIER Grenoble, 1968

Le livre de Félix BERNARD peut être consulté à la Bibliothèque de Montmélian.

Extrait des Mémoires de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, Tome LII (2° Série, tome XXVII). Il s'agit de la notice de Philibert FALCOZ, écrite en 1910.

Histoire et Archéologie de la France Ancienne.Les auteurs sont André PELLETIER, André BLANC, Pierre BROISE et Jean PRIEUR. Editions HORVATH. 1988.

Liens Internet:

Les liens Internet sur la Savoie sont innombrables.

Commencez par ceux-ci, ils vous conduiront aux autres.

http://www.sav.org/index.html

http://www.univ-savoie.fr/

http://www.montmelian.com/

http://www.asleman.ch/

http://www.france-savoie.com/savoie/v4/index.asp

http://www.cur-archamps.fr/

http://www.mont-blanc-leman.org/map-accueil4.jpg

http://notre.savoie.free.fr/fppre.htm

http://notre.savoie.free.fr/  


  FIN.